Hatha Yoga : du souffle à l’Art de Vie

Enthousiaste, nourri d’une forte vitalité, Serge Verdet, ne possède pas qu’une corde médicale à son arc thérapeutique. Diplômé en médecine traditionnelle chinoise, il est aussi professeur de Hatha Yoga, qu’il pratique depuis sa jeunesse. Attentif au bien être du corps comme à celui de l’esprit, il vit et transmet ce type de yoga énergétique avec passion.

Parlez-nous de votre parcours dans le monde du yoga.

J’ai commencé le Hatha Yoga à l’âge de 12 ans car j’étais un peu « speed ». Mes parents avaient rencontré un homme un peu en avance sur son temps, qui organisait des cours de yoga. Il m’y a conduit, j’ai débuté pour ne plus jamais m’arrêter. J’ai continué avec Shri Mahesh, le Directeur de la fédération Française de Hatha Yoga et Président du Centre de Relations Culturelles Franco-indien. Puis, j’ai rencontré différents Swamis Indiens avec qui j’ai étudié, parmi lesquels Swami Nityabodhananda, Swami Satchitananda. Professeur à 20ans, j’ai créé différents clubs de yoga en Haute Savoie, à Seynod, La Clusaz et Bonne s/ Menoge. Aujourd’hui, je me consacre uniquement au club de Bonne, le B.Y.C et aux cours spécifiques qu’il m’arrive de donner à mon cabinet.

Quelle définition donner au yoga qui se divise en plusieurs types ?

Avant tout, je pense qu’il est important d’expliquer que le yoga n’est pas une religion mais un art de vie, une science qui nous permet de comprendre l’homme dans sa globalité, aussi bien sur le plan matériel que spirituel. Le terme yoga concerne autant le but ultime de la vie que les diverses voies pour l’atteindre. C’est pour cette raison qu’il existe différents types de yoga. Le mot yoga vient de la racine sanskrite « Yuj » dont trois sens se dégagent : union, contrôle, et intégration. A travers ces termes, on perçoit une progression, une démarche, une recherche de communion entre l’être et le plan spirituel. Trop souvent en Occident, nous avons abordé le yoga de manière restrictive avec une approche essentiellement médicale. Nous nous sommes plus intéressés à la technique qu’à la finalité de la posture (asana). Mais il faut se rappeler dans la pratique quotidienne, que l’homme est un tout : Corps, Esprit et Âme. Ces bases étant posées, il est vrai que les bienfaits thérapeutiques des postures ne peuvent être ignorés et c’est pour cette raison que nombreux cours que je donne, mettent en avant cet aspect thérapeutique. Il existe différentes voies (types de yoga), les principales étant le Bhakti yoga ou yoga de la dévotion, le Karma yoga ou yoga de l’action, le Jnana yoga ou yoga de la connaissance et pour finir le Raja yoga ou yoga royal qui englobe, entre autre, le Hatha yoga que nous pratiquons.
Le Bhakti Yoga a surtout une connotation religieuse en ce sens qu’il est fondé sur une relation particulière entre la divinité et le pratiquant.
Le Karma Yoga met en œuvre la relation de cause à effet. Il vise à briser ce phénomène par l’action désintéressée, être capable de donner sans attendre de retour. C’est en quelque sorte une purification de l’être sur ses actions passées. Progressivement, celui-ci se délivre des tensions physiques et mentales qu’engendre l’action intéressée.
Le Jnana Yoga enseigne que la délivrance passe par la connaissance, la discrimination, le renoncement. Ici l’intelligence prend le pas sur le raisonnement. L’intelligence est à la raison ce que le point est a la ligne.
Le Raja Yoga englobe les trois autres. Il se définit en huit étapes d’évolution ou méthodes mises au point par Patanjali, grand philosophe du début de notre ère, qui avait su tirer la quintessence des connaissances du yoga et nous les transmettre. Ces 8 étapes se décomposent ainsi :

  • Yama ou règles de conduite (non-violence, être dans la vérité, ne pas voler, contrôle des sens, ne pas se compromettre)
  • Niyama ou disciplines de vie (propreté, attitude d’acceptation, ascèse, étude de soi, dévotion)
  • Asanas (postures physiques du corps)
  • Pranayama (discipline du souffle)
  • Pratyahara (déconnection des organes des sens)
  • Dharana (concentration en un point)
  • Dhyana (état méditatif)
  • Samadhi (état de stabilité)
  • Mais le Hatha Yoga dans tout ça ?
    Le Hatha Yoga fait partie du Raja Yoga, il se concentre sur la partie physiologique de l’être, d’où la multitude de postures (asanas) pratiquées dans un seul but, harmoniser le corps et l’esprit. C’est un yoga énergétique, c’est d’ailleurs sûrement pour cette raison qu’il me passionne. En effet, si nous reprenons la signification du terme HATHA nous constatons qu’il est composé de 2 mots « HA » qui signifie soleil et « THA » qui signifie lune. Il faut voir en ces termes, les opposés, la complémentarité que représente la symbolique du soleil et de la lune tout comme le sont le yang et le yin dans le tao chinois. Comme définit précédemment, yoga est synonyme d’union, en conséquence le Hatha Yoga cherche à harmoniser par des exercices physiques, les deux énergies opposées mais complémentaires à des fins de stabilité de l’esprit. Le Hatha Yoga appelle beaucoup de notions énergétiques : les souffles garant de l’énergie vitale (prana, apana etc.), les différentes enveloppes corporelles (koshas), les canaux où coule l’énergie «la Shakti » (les nadis), les chakras (centres d’énergie). De plus, afin d’améliorer la qualité de l’énergie, une place importante est faite aux purifications (kriyas) du corps qui utilisent soit l’eau soit l’air. Mais vraiment, les kriyas purifient aussi bien le corps que l’esprit. 
    Comment se déroule une séance de Hatha Yoga ?
    Tout d’abord, une séance de yoga est un tout, avec un rythme, une progression, un début et une fin. Premièrement, il y a une partie échauffement des articulations, étape surtout pratiquée en Occident compte tenu de notre sédentarité. Puis progressivement, grâce aux postures, le corps se dénoue, se relâche. L’attention du pratiquant sans cesse recentrée sur le souffle, lui permet d’apaiser les perturbations du mental. Il est important de souligner qu’un « asana » (posture de yoga) n’est pas un exercice de gymnastique. Pour qu’il y ait asana, il faut une position corporelle maintenue, c’est à dire une réelle immobilité même une fraction de seconde, sans effort ; le souffle est ainsi contrôlé et avec lui le mental. Si nous voulons un travail harmonieux sur le corps, un ordre des postures est à respecter. Enfin, une séance se termine régulièrement par une relaxation, seuil de la méditation.

    Vous dîtes que le Hatha Yoga comporte une dimension thérapeutique. D’ailleurs, vous vous êtes spécialisé dans celle-ci. Pouvez-vous l’expliquer.
    L’hygiène corporelle que peut amener le Hatha Yoga n’est plus à démontrer. En effet, l’étirement et le relâchement des muscles, des tendons, accélère la vascularisation des articulations, des disques intervertébraux, des cartilages… et par conséquent, leur nutrition. De plus, lorsque nous pratiquons une posture, c’est sans effort, sans contrainte donc sans risque. En terme de contre-indication dans la pratique du Hatha Yoga, il faudrait plutôt parler de précautions personnelles à observer, en fonction de son état général.

    Qu’est-ce qu’une posture bien faite ?

    Il n’y a pas de référentiel, la posture exige une technique précise certes mais elle dépend surtout de chaque individu qui travaille à son niveau. D’ailleurs, la chose la plus merveilleuse au yoga est d’être témoin de son évolution personnelle.
    Justement, qu’en est-il de cette évolution ? Est-elle visible chez vos patients et sous quelle forme se manifeste-t-elle ?

    Beaucoup de mes patients se sont mis au Hatha Yoga et depuis qu’ils pratiquent, leur stabilité physiologique et émotionnelle est nettement améliorée. Des interactions énergétiques se vivent, indépendamment de la volonté. On a tendance à croire que le domaine énergétique, auquel se rattache le Hatha Yoga, se vit dans la tête, mais c’est dans le corps que cela se passe. C’est plutôt le corps qui va toucher l’esprit et progressivement le patient se sent bien. Le démarrage, pour un pratiquant débutant, est très corporel. C’est en Occident que l’on aime bien se triturer la tête, à imaginer que tout ce qui vient de l’Asie est ésotérique. Le yoga est une véritable hygiène de vie, dans laquelle la compétition n’existe pas, l’ego s’effondre… on peut même faire travailler des enfants ou des personnes handicapées. Le yoga pour cela est merveilleux. Quand on se trouve dans sa dynamique, cela modifie ses valeurs donc sa vie.
    Qu’en est-il de la relation entre le corps et l’esprit ?

    Une relation étroite, voire fusionnelle, existe entre le corps et l’esprit. Les diverses postures rendent progressivement au pratiquant la confiance en son corps. Il va prendre conscience de ses possibilités et de ses blocages. De ce fait, le corps évoluant, l’esprit évoluera. Si nous nous référons à la médecine énergétique, les souffrances physiques et morales dépendent surtout de la libre circulation de l’énergie « prana » dans le monde du yoga et « QI »dans le monde chinois. Au regard du lien qui unit les organes aux émotions, si le corps se dénoue alors l’énergie circule, les organes responsables de cette circulation se relâchent et la stabilité émotionnelle apparaît. La médecine énergétique permet de mieux appréhender ces phénomènes dits psychosomatiques, car l’ordre d’influence peut être du corps à l’esprit mais aussi de l’esprit au corps. Grâce à la médecine chinoise, j’ai mis en évidence l’aspect médical des postures de yoga. En effet, lorsque nous pratiquons une posture de yoga, nous étirons une partie du corps, des muscles, ce qui a une incidence sur les méridiens (réseaux énergétiques chinois). Le fait de les étirer les tonifie, aussi l’incidence est-elle directe sur les organes correspondants. Par exemple: tout étirement vers l’arrière tonifiera le Vaisseau Conception situé sur le devant du corps, réserve du yin en médecine chinoise. Le yin étant le froid – entre autre – par rapport au yang, le corps s’apaisera. Cependant, même si l’aspect thérapeutique du yoga est extraordinaire, il faut garder à l’esprit que le yoga va bien au delà de la physiologie.
    C’est-à-dire ?

    En yoga la recherche de l’équilibre est dans l’instant ; le passé et le futur sont occultés, n’ont plus d’importance. Quand on pratique le Hatha Yoga, on suit ces rythmes, on vit l’instant, la posture s’impose, nous envahit, nous sommes absorbés par notre souffle, nous sommes ce souffle, les pensées disparaissent, le mental s’apaise c’est déjà un état méditatif.

  • Quelles personnes s’intéressent au yoga ?
    En Occident, on s’intéresse souvent au yoga, dans un but thérapeutique (gestion du stress, problème de lombalgies, d’insomnie, etc.). Donc, viennent au yoga des personnes de tout horizon, du plus jeune au moins jeune. Puis, ce besoin assouvi, les personnes découvrent progressivement la nature profonde du Hatha Yoga, véritable Art de Vivre.
    Faut-il pratiquer seul ou en groupe ?
    Les deux sont possibles et ont leur intérêt. La pratique en groupe permet une bonne concentration. Le rythme des postures porte le groupe. Un échange se crée entre les participants grâce au souffle. L’apprentissage avec un professeur est souvent indispensable car pratiquer seul, sans support, est difficile à moins d’être très expérimenté. Cependant, afin de permettre une initiation et une pratique quotidienne, j’ai créé un support DVD dont l’objectif n’est pas de se substituer au professeur, incontournable. Mais grâce à ce support, aux postures simples présentées, aux thèmes précis présentés, ce moyen de communication est très intéressant. Il s’adresse à ceux qui veulent découvrir chez eux le Hatha yoga en respectant la structure traditionnelle d’un cours traditionnel, à ceux qui souhaitent une pratique régulière et dirigée et aussi, tout simplement, à ceux qui ne peuvent se déplacer.
    Même si ce DVD ne sortira qu’en décembre, pouvez-vous déjà nous en parler ?
    Il se composera de 6 parties distinctes afin que chacun puisse organiser sa séance : une partie échauffement articulaire et musculaire, une partie salutation au soleil : enchaînement postural incontournable du Hatha Yoga et un cours de 30 mn avec 3 options : un cours spécial dos de 10mm à pratiquer de manière quotidienne, une relaxation dirigée – point essentiel du DVD – ainsi que des interviews.
    Ce DVD sera assez complet et sûrement le premier d’une série. J’insiste sur le fait qu’il n’est qu’un simple support d’initiation et de travail quotidien, susceptible de donner l’impulsion nécessaire aux nouveaux initiés pour venir partager avec moi les bienfaits du yoga, une simple évidence.